Le cimetière mérovingien de Criel sur Mer (18)

Publié le par Phil

Cimetière franc de Criel découvert et exploré en 1806

L'abbé Cochet put surveiller ces découvertes et il remarqua que la majorité des sépultures était sans cercueil; mais en plus grand nombre qu'en aucun endroit de la Seine -Inférieure, on y a trouvé des sarcophages en pierre; trois étaient en pierre de vergelé et cinq en moellon du pays, tous avaient un couvercle en forme de toit aplati, ils étaient plus étroits aux pieds qu'à la tête, aucun trou ne se trouvait dans ces sarcophages, les couvercles de plusieurs étaient brisés, ce qui indiquait une violation ancienne; quelques sarcophages avaient été consolidés à l'aide de gros silex. Les auges en pierre étaient d'un seul morceau, celles en craie, formées de plusieurs pièces: quelques cercueils renfermaient plusieurs corps réunis, et dans l'un d'eux, aux pieds, se trouvaient deux vases; nous avons observé cette particularité a Muids (Eure).

49.jpg

 

Céramique

Les vases en terre, au nombre de dix environ, étaient de couleur noire avec couverte de mine de plomb, quelques- uns portaient un cordon saillant et presque tous ornés en creux au moyen d'une estampille circulaire. L'un d'eux, plus allongé que les autres, avait trois rangs d'ornements. Les vases en terre rougeâtre n'étaient pas ornés, trois seulement furent retirés entiers, les autres furent plus ou moins atteints par la pioche des terrassiers.

50.jpg

 Fibules aviformes découvertes à Envermeu

Verre

Un cornet apode orné de filets en verre, en forme de festons, mesurant 0m12 de hauteur, ressemblait à ceux qui furent trouvés dans les cimetières francs du voisinage, à Envermeu, a Blangy; et par nous, dans l'Eure à Muids ; cette dernière localité en a donné deux exemplaires.

Trente-six perles de pâte de verre et de terre cuite, blanches, bleues, rouges ou jaunes et une perle d'ambre constituaient un collier trouvé dans sépulture de femme.

Par Léon Coutil

51.jpg

Commenter cet article